100 000 PTZ+ signés !

Mardi, 10 mai, 2011 18:42
Posté dans la catégorie Actualités

Nathalie Kosciusko-Morizet défend le PTZ+ lors de la signature du 100.000ème dossier (source : metro)

Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’écologie vient d’annoncer que le 100.000 ème PTZ+ venait d’être signé. Le succès semble d’ors et déjà au rendez-vous pour ce dispositif.

L’objectif des 380.000 PTZ semble atteignable si la tendance se confirme et la ministre a tenu a défendre le projet dans une interview :

« Posséder son toit est une forme d’assurance vie »

Voilà pour la formule, place aux chiffres.


Une aide à destination des jeunes ménages

(…) plus de la moitié des bénéficiaires ont moins de 35 ans et 40% sont des familles avec au moins un enfant.

Voilà des chiffres intéressants et un objectif d’accession à la propriété qui semble tenir ses promesses en aidant les jeunes familles. Cela conforte aussi nos statistiques relevées ces derniers mois.

Auprès des candidats plus de 35 ans (et donc également primo-accédants) on note beaucoup de divorces, de mutations… Ces personnes n’en sont pas à leur premier achat mais sont considérés comme primo-accédants et -à juste titre- éligibles au PTZ+.

Des bénéficiaires plus aisés mais « moins aidés »

Les trois premières tranches représentent certes 20% des bénéficiaires mais 40% du coût total du PTZ+ et les plus aisés 40% des bénéficiaires mais seulement 10% du coût.

Il fallait s’y attendre, en faisant sauter les plafonds de ressources, le dispositif profite en majorité aux ménages les plus aisés.

Ce constat est tempéré par les enveloppes d’aide qui sont -selon les chiffres de la ministre de l’écologie- moindres pour les ménages les plus aisés (bien qu’elle ne précise pas les tranches concernées) que pour les ménages des premières tranches (soit un salaire inférieur à 2700€ pour un couple sans enfant sur Paris).

Elle doit en effet prendre en compte non l’enveloppe accordée (les montants débloqués) mais le coût du crédit pour l’état.

Même si le montant d’un PTZ+ accordé est bien plus important, c‘est la durée du crédit qui va en déterminer l’efficacité (et le coût pour l’état).
Pour le particulier, l’économie globale en terme de crédit est plus importante avec un PTZ de 20 000€ sur 25 ans, qu’avec un PTZ de 80 000€ sur 5 ans !

L’état prenant à sa charge le paiement des intérêts, ce PTZ coûtera plus cher bien que le montant accordé soit moindre.

Insuffisant pour les ménages les moins favorisés ?

L’autre indication lisible dans ces lignes d’interview est que le PTZ+ n’a pas réussi à permettre aux ménages les plus modestes à accéder à la propriété. Bien que l’aide versée soit plus importante, les 3 premières tranches (sur 10) ne représentent que 20% des dossiers.

C’est un constat que nous avions déjà fait précédemment en indiquant que le PTZ profitait en majorité aux ménages aisés situés en zone A mais également qu’il avait prouvé son insuffisance pour rendre solvable les acquéreurs parisiens (avant même les remontées de taux observées ces derniers mois).

Vous pouvez laisser un commentaire, ou un trackback de votre site.

Poster un commentaire

Cette section est réservée aux réactions et commentaires concernant l'article.
Nous ne répondons plus aux questions dans les commentaires.

Pour une question (PTZ, banque, finance...) utilisez notre espace questions / réponses.